Marchand de cailloux

Quelques photos prises, début septembre 2004, sur la côte de Granit Rose aux alentours de Ploumanach (Côte d'Armor).
La pierre bleue de l'île-Grande a, dit-on, pavé le boulevard Haussmann à Paris et recouvre nombre de gratte-ciels new-yorkais.
En revenant à de plus basses considérations et en les observant de près, on dirait qu'un Dieu marin a joué ici aux osselets et
a laissé traîner ses jouets. Les formes roses et féminines des rochers nous font penser qu'ils devaient accueillir volontiers le
séant des sirènes. Certaines y ont d'ailleurs laissé leur charmantes empreintes faites d'écailles, d'embruns mêlés et de soupirs
incrustés. Parfois avons-nous même cru voir des seins égarés ci-et-là, sûrement ponctionnés lors de gigantesques têtées
par des monstres marins à la gueule gavée d'écume.

Bon, on arrête la fumette pour préciser que nous sommes bien en Bretagne et que la couleur du ciel est naturelle :-).

Cependant, sous le soleil, une ombre au tableau : nous avons cru reconnaître dans une crique des résidus goudronnés de
26 ans d'âge qu'à laissé échapper un jour un dénommé Amoco. A l'époque ce gros lourdaud avait laché 230 000 tonnes
d'une mélasse noire qui devaient souiller plus de 360 km de côtes. Ces catastrophes sont malheureusement très traçables
à la différence des dégazages sauvages qui polluent insidieusement les rivages et laissent bien souvent libre comme l'air les
"pas vu pas pris" de la mer ...

Bref, comme diraient les Négresses Vertes, sous le soleil de beaux dégats ...

La suite

La suite